Loading

Italie : Navigation – côte Ouest

Italie : Navigation – côte Ouest

L’Italie – navigation le long de la côte Ouest

Salerne:

Ca y est, on arrive sur la côte Ouest de l’Italie.

Après avoir parcouru Scilla pour une nuit et Cetraro pour une pause ravitaillement, nous voilà, ce 1er juin 2016 à Salerne. Une grande ville située sur la côte Amalfitaine, dans la mer Tyrrhénienne.

Nous aurons eu une navigation très calme avec un petit vent de 10 nœuds dans les voiles.

Le port est facile d’accès, très agréable, familial et protégé. La place pour notre douze mètres est de 25 euros la nuitée. Mais notre budget étant restreint, nous devons économiser un maximum. Pour se faire, nous nous mettrons comme des pirates, tout au bout du quai des ferries.

Salerne est une grande ville avec sa rue commerçante, ses restaurants, sa gare, son port et sa digue pour se balader. La nature verte n’est pas présente, mais la digue est très agréable.

C’est par contre un point central pour visiter les alentours, tel que Pompéi, Naples, Amalfi, etc. Un réseau de ferry est implanté dans le port pour vous emmener visiter et voyager selon vos envies.

A part cela, nous n’avons pas été véritablement séduits par la ville.

Sauf si vous nous dites que nous avons raté quelque chose ?

 

Pompéi:

Au programme de notre journée, de ce 2 juin 2016, « Pompéi ». Nous sommes à côté, et nous ne pouvons ni ne voulons rater cela.

Amarré au port de Salerne, nous quitterons le bateau tôt dans la matinée pour nous rendre à la gare, située dans le centre-ville à proximité du port, à environs dix petites minutes à pieds.

pompei-9185-1

Le trajet en train est de 40 minutes et à 2€/personne.

Arrivés à Pompéi, c’est simple, il suffit de suivre la foule pour trouver l’entrée du site. Il est à dix minutes de marche.

Le site, quant à lui est incroyablement grand, aussi grand qu’un village. Il faut préparer ses jambes pour quelques heures de marche. Le prix d’entrée est à 11 euros et 20 euros si on le combine avec Herculanum. C’est comme un grand parc ouvert. Nous y avons même été avec Ginger, notre chien.

pompei-9219-1

La visite se passe en marchant sur les pavés des rues de l’époque et dans les nombreuses petites maisons. On y découvre les sculptures, les mosaïques. On y parcourt aussi l’amphithéâtre, les thermes, etc. On se rend compte que cette grande ville de la Rome Antique était déjà très bien organisée. On y découvre, également, protégé dans une vitrine à une température surveillé, pour une meilleure conservation, des êtres humains retrouvés sous les cendres. De plus, au vue de leur position et de leur expression, l’éruption a dû être fulgurante.

pompei-9196-1

Cette éruption du Vésuve date de 79 A.C. et les archéologues ont réalisé un dantesque travail de reconstitution.

Nous sommes ravis d’avoir vu Pompéi et d’avoir ressenti ce bout d’histoire.

 

Amalfi:

Aujourd’hui, 3 juin 2016, nous remettons les voiles, dans une mer calme de 10 à 15 nœuds, en direction des belles villas perchées sur le rocher face à la mer.

Pour nous, qui arrivons de la mer, c’est très joli. De plus, Amalfi dispose d’une zone de mouillage juste en face, devant leur plage. Nous avons certainement la plus belle vue de notre bateau… ☺

Nous irons à terre, le temps d’une petite glace. L’ambiance y est agréable mais déjà plus chic et élégante. Les prix vont dans le même sens.

Nous approchons de Capri qui est à 15 miles nautiques et que nous irons voir demain…



Capri :

« Capri, c’est le chic méditerranéen, en ce 4 juin 2016, nous irons voir pour être vu sur la Piazza Umberto »

Capri, c’est joli, mais ce n’est pas prévu pour les bateaux baroudeurs.

Sur la route, nous croiserons un défilé de yachts de toutes les tailles. Nous sommes Samedi, c’est aussi le weekend des riches Napolitains qui sont de sortie. C’est impressionnant, on entre dans le monde de la Jetset.

italie-9374-1

D’avance, nous savons que nous n’irons pas au port car les prix doivent être affolants. Heureusement, il y a une zone de mouillage juste à côté de l’entrée du port. Bien ancré, nous sommes prêts à mettre un pied sur Capri.

Mais après réflexion, où pouvons-nous mettre l’annexe ?

Il n’y a pas de pontons publics. Le seul existant est réservé aux taxis-boat.

Les solutions qui s’offrent à nous : Soit nous allons jusqu’au port mais il est assez loin en annexe ; Soit nous prenons un des taxis-boat.

On se résigne donc à en appeler un. Mais le prix est exorbitant – 20 euros pour 50 mètres à parcourir

C’est tellement surfait, que cela en devient ridicule. Nous sommes prêts à dire : « Capri, c’est fini ! »

Notre dernier recours sera d’aller en annexe à la rame jusqu’à la plage publique comme de vrais pirates. « Capri, ce n’est pas encore fini ».

A terre, première observation, il y a énormément de monde.

Ensuite, les voitures sont rares, il n’y a que des taxis spéciaux – modèle allongé et au toit ouvert, protégé d’un tau.

Au sinon, Capri est un joli rocher avec de magnifiques villas et hôtels, son port et sa plage en contre-bas. Des grottes creusées par la force de l’eau, offrent aussi une belle excursion pour les touristes.

Pour échapper à la foule, nous monterons rapidement dans le funiculaire afin de visiter le haut de la ville, plus charmante et typique. De jolies ruelles nous promènent entre les luxueuses boutiques et les belles terrasses ou bien nous mènent vers les parcs et jardins afin de contempler cette emblématique vue  des célèbres rochers. (Le parc est à 1€/personne).

italie-9292

C’est une belle destination pour un weekend en amoureux. La vue est splendide et les rues très agréables.

Dernière constatation, « A Capri, tout à un prix », pour Erwin ça sera « A Capri, tout est hors de prix ».

En une journée, nous avons fait le tour de Capri et nous rentrons sur notre bateau à la fin de celle-ci. Mais le mouillage ne sera pas le plus agréable car nous sommes secoué par le va et vient des taxis-boats…

« Capri, c’est fini ».

Ischia :

Notre idée est de se diriger vers les îles plutôt que de visiter les grandes villes généralement sales, bruyantes et polluées, que nous n’aimons pas. A cela, s’ajoute souvent les frais de port.

La baie d’Ischia est magnifique. Que des voiliers autours de nous et l’on y retrouve la tranquillité la quiétude que l’on apprécie tant. De plus, le mouillage est calme et nous offre une magnifique vue sur le château et sa verdure. L’eau est belle, les enfants nagent et sautent des rochers !

« Ischia, on adore ».

C’est un petit village avec une rue principale. De petites boutiques typiques, une ambiance familiale et chaleureuse. L’île est assez grande et agréable. Il y a tout pour s’y plaire. Des plages, des magasins, des transports en communs, de la verdure, des locaux sympathique et un climat convivial. On s’y voit bien à la retraite !

italie-9473-1

Nous aurons même eu droit à un magnifique feu d’artifice tiré juste à côté du mouillage !

 

Vidéo en drone lors de notre mouillage à Ischia:

 

 

Naples:

Naples, nous ne pensions pas la voir et le destin en a décidé autrement. Notre famille y est en ce moment, nous irons donc à sa rencontre.

Etant à Ischia au mouillage, nous irons à Naples en ferry à cinquante euros pour nous deux, afin d’éviter la place de port à 120 euros pour notre douze mètres.

Naples est une grande ville et nous commencerons sa visite par la recherche d’un restaurant pour une bonne pizza. Aucun de nous ne connais Naples… Seul moyen donc, marcher, regarder, se perdre et demander notre chemin. En prime, nous avons reçu une bonne adresse pour se restaurer. Une entrée qui ne paye pas de mine, mais conseillée par deux locaux, ça ne peut-être que bon. De fait, nous ne sommes pas déçus !

Nos retrouvailles familiales se passent à merveille. On rattrape le temps à prendre des nouvelles des uns et des autres.

Ensuite, que faire ? Naples est grand et notre temps est compté.

Nous programmons un bus op on/op off, malheureusement, les chiens ne sont pas admis. Changement de programme, ça sera en calèche.

italie-9452-1

Une visite, culturellement moins instructive, mais nous aurons vu l’architecture de la ville et ses bâtiments important. La ville regorge de monuments historiques, d’art en tous genres et d’édifices religieux à considérer. Nous irons aussi nous promener dans la belle galerie couverte d’une verrière et la rue commerçante agitée.

italie-9462-1

Le petit bémol de Naples, est que c’est une grande ville assez bruyante et où les motos et voitures roulent comme des fous. C’est assez fatiguant d’être constamment vigilant. Elle est aussi trop grande que pour s’y aventurer sans carte et sans objectifs précis.

Nous vous conseillons, pour en profiter au mieux, d’organiser votre journée à l’avance.



Ventotene :

« Le vent nous tient »

Ventotene est une super petite île dont le port a été taillé dans la roche par la main de l’homme.

Nous sommes en route pour aller y jeter un petit coup d’œil. 😉

A notre arrivé, nous sommes accosté par deux hommes de la marina, nous proposant une place chez eux à 30 euros que nous déclinerons !

Nous espérions nous mettre au mouillage, mais le temps ne nous le permettra pas. 25 nœuds de vent vont souffler cette nuit et la pluie ne cesse de nous suivre depuis ce matin. Le mouillage est assez ouvert et des bouées délimitant la réserve naturelle, nous empêche d’ancrer proche de la plage pour sa préservation…

Ceci-dit, nous irons à l’autre entrée du port qui lui est public, de l’autre côté de la digue.

Nous avons bien fait, c’est le port public et donc gratuit. De plus, il est très bien protégé, très bien desservit, à côté de la ville, spacieux et tranquille.

Ventotene est réputé pour ses spots de plongée avec  4 à 5 clubs qui se suivent le long du port. C’est le paradis des plongeurs, de par les nombreuses réserves naturelles.

En hauteur, la ville est conviviale, munie de la place principale en carré, avec les commerces, supermarchés et hôtels tout autour. Il y a aussi le grand musée ornithologique, qui domine la place.

Ventotene, historiquement une terre d’exil, est de nos jours, une petite île, conviviale, et agréable. On y a vite fait le tour et la plage n’est pas grande non plus.

italie-9621-1

Mais en face de l’archipel, se trouve une autre ile, Santo Stefano, inhabitée mais où les vestiges d’une prison dominent son sommet. C’est un peu l’Alcatraz de l’Italie. Des visites y sont organisées mais en Italiens seulement. Nous n’avons eu que le plaisir des yeux pour voir les cellules, la cour et les façades. Nous pouvons juste dire que le guide a, tout au long de la visite, relaté  le début de l’histoire en 1.700 jusqu’à maintenant.
Ça vaut la peine.

italie-9648-1

 

Ponza:

En pleine mer Tyrrhéniennes,  les Îles Pontines  sont connues pour leurs beautés. Leurs liaisons permettant de les atteindre facilement, les petits ports et l’accueil chaleureux réservés aux visiteurs font de ces îles de pêcheurs une destination très prisée.

Chers marins, à Ponza, le port n’est pas très apparent. C’est plutôt des pontons par-ci, par là. Et un réel parking pour les pécheurs et les barquettes à touristes.

De plus, le weekend en juin à Ponza, c’est bondé. C’est la course pour le premier arrivé et qui trouve une place.

Il y a une zone de mouillage hors du bassin principale, où l’on y retrouve les voiliers et yachts de grande taille, pour la plupart. Il faut une bonne annexe pour rejoindre les pontons de la ville.

italie-9657-1

Nous tenterons donc notre chance dans le bassin du port et nous ne sommes pas les seuls ! Nous nous faufilerons, un peu gêné parce que tout le monde nous regarde, dans une zone balisée entre un troupeau de voiliers les uns sur les autres. C’est incroyable, les bateaux ne cessent de renter. Ils y vont au culot et se mettent encore à coté de nous et des autres. C’est hallucinant, mais ça passe…

19h00, la fête se fait entendre, car tout le monde se met sur son trente-et-un. Nous ferons de même. ☺  Ponza est le « place to be » des Romains.

Le soir, nous découvrirons les jolies rues piétonnes, avec des boutiques de mode et autre, ainsi que des restaurants avec vue sur la baie et notre bateau au mouillage.

Nous recommandons Ponza pour une journée ou un weekend romantique à se promener dans les rues le soir et jusqu’au phare dans la journée. Il y a moyen de faire une magnifique randonnée de quelques kilomètres. Nous  sommes déçus de l’avoir vue sur notre retour, sinon nous en aurions profité !

 

Rome – Fiumicino

Ici, la mer est plus agitée et de couleur verdâtre. Avec la côte, longue de plage et de buildings, on se surprendrait à être en mer du nord.

Pour rentrer au port de Fiumicino, il faut d’abord parcourir un canal avec énormément de courant. La prudence est de rigueur. Erwin s’en sort bien, sous le regard des nombreux pêcheurs.

Il n’y a pas de port publique, ni de place le long du canal qui est occupé par les grands bateaux de pêche. Pas de chance et pas le choix, nous devons entrer dans la marina.

Là aussi, l’entrée est difficile et étroite ! De plus, une fois dans le bassin du port, il n’y a pas de place. Nous devons nous résigner à une toute petite place. C’est comme mettre une Range Roover à la place d’une smart ! La pression est au rendez-vous, mais le capitaine nous réalise une spectaculaire entrée, toute en douceur.

Le port est, quant à lui, bien protégé et gardé par Vincento !

Bien accosté, vient la question du tarif… 120 euros pour deux nuits.

Au sinon, c’est une petite ville avec toutes les facilitées disponibles et à des prix raisonnables. L’accueil est chaleureux, les gens se connaissent tous. Mais attention, peu d’entre eux ne parle une autre langue que l’italien. On se fait comprendre par un mixte d’anglais, d’italien et de gestes typiques.

Avec regret, le mauvais temps en mer et le prix de la marina ne nous permettrons pas de rester plus longtemps afin de visiter Rome… C’est à vous de nous raconter vos ressentis par rapport à cette capitale.

 

L’ile d’Elbe, le 15 juin 2016

Si Napoléon était encore de notre, il réfléchirait à deux fois, avant de s’évader de cette île. Elle offre un cadre enchanteur avec ses criques et plages, ses eaux bleues, ses vignobles et sa vue à couper le souffle.

L’Ile d’Elbe est aussi agréable pour les navigateurs. Une ile qui regorge de criques pour de courtes distances de navigation. Mais attention, la plupart ne sont pas bien protégées. C’est pour cela que la majorité des voiliers quittent les mouillages confortables tôt dans la matinée et reviennent en fin de journée y passer la nuit.

 

Nous avons personnellement, commencé notre tour de l’île par « PORTO AZURO ». Superbe endroit, avec une très belle et grande zone de mouillage, juste en face de la ville et des pontons pour y accoster facilement en annexe.

Le village est petit et très charmant. Les maisons sont colorées, les rues propres et animées de boutiques et restaurants. Nous sommes au mois de juin, la saison touristique a commencée. Une belle ambiance conviviale y règne.

La péninsule est entourée de belle plage et de chemins de randonnées entre les pins. Par contre, ils ne sont pas très bien indiqués.

Nous prévoyions de continuer notre tour vers le nord de l’ile en direction du port Portoferraio. Mais le vent nous incitera à partir directement sur la Corse…

Tags

LEAVE A COMMENT